Maison des sourires

La réalisation de la Maison des Sourires de Battambang

Maison des sourires

Origine du projet

Dès 2008, ESK a soutenu une vingtaine d’enfants défavorisés dans un village isolé situé à environ 25km de Battambang et à une soixantaine de kilomètres de la frontière thaïlandaise.

Ces enfants âgés de 2 à 15 ans habitaient dans une maison louée dans un village difficilement accessible. Dans ce lieu les conditions d’hygiène étaient très sommaires : les enfants étaient régulièrement malades. Compte tenu de l’isolement et du mauvais état des pistes, les emmener au dispensaire ou à l’hôpital pendant la saison des pluies, était quasiment impossible.

La difficulté était du même ordre en matière d’éducation : se rendre au collège ou au lycée nécessitait d’emprunter plus de 10km de pistes impraticables pendant la saison des pluies (6 mois dans l’année). Autre écueil : La proximité de la Thaïlande conduisait souvent les familles à envoyer clandestinement les jeunes adolescents, filles et garçons pour y travailler malgré tous les risques encourus (travail forcé, prostitution).

Dès fin 2011, nous voulions déménager ce centre car nous n’imaginions pas de solutions viables pour les enfants dans un tel lieu, les contraintes financières nous empêchaient alors de concrétiser ce projet qui restait alors du domaine du rêve.

Les objectifs

Notre expérience acquise dans l’aide humanitaire nous a convaincu de l’importance de l’éducation pour permettre à des enfants défavorisés d’avoir un métier reconnu.

La principale difficulté rencontrée chez ces enfants très pauvres a été la suivante : sortir d’une logique de très court terme, à savoir de survie alimentaire, et envisager leur éducation comme un investissement pour la famille tout entière (famille au sens large, qui comprend les grands parents, les oncles et tantes, etc…).

Pour que l’enfant ne soit plus une « bouche à nourrir » pour la famille, nous avons voulu prendre en charge l’intégralité de ses dépenses, tout en lui fournissant un cadre de vie convenable et favorable à l’éducation.

Ce sont ces idées générales qui ont conduit à envisager la création de foyers d’enfants dénommés Maison des Sourires.

Dans ces Maisons des Sourires, ESK rémunère la famille d’accueil et prend en charge l’intégralité de ses dépenses. Concernant les enfants, ESK ne reçoit rien des familles ou de l’état cambodgien et doit faire face à tous les frais notamment de nourriture, d’hébergement, de santé et d’éducation. Un des avantages de cette petite structure, est qu’il permet de constituer un comportement de groupe, de type « grande famille ». L’organisation dont nous sommes responsables, assure un suivi régulier en matière de nourriture, de santé et d’éducation.

Par son caractère centralisé, cette structure facilite la mise en place de cours de soutien pour les enfants et les adolescents. Par ailleurs, cela permet aussi de conduire des actions efficaces en matière de santé notamment grâce aux vaccinations et à l’éradication des parasitoses. Nous prenons aussi soin de maintenir le lien affectif avec leurs familles, en payant aux enfants des voyages, plusieurs fois par an, dans les familles.

Plans du bâtiment projeté

Vue en plan
foyer enfant battambang

Perspective avant
Plan foyer enfant ESK

 

Le financement

A partir de 2012, nos finances s’améliorant et grâce à quelques événements, nous avons pu commencer à provisionner quelques milliers d’euros (8000€) pour la création d’une Maison des Sourires à Battambang. Début 2013, nous avions commencé à chercher à louer une habitation suffisamment vaste non loin d’une ville importante (ThmorKhol ou Battambang), à proximité de l’école primaire, du collège, du lycée et d’un centre de soins (dispensaire, hôpital). Toutes nos recherches furent infructueuses car outre le loyer important, les maisons considérées nécessitaient des travaux particulièrement coûteux dans le cadre d’un bail de location.

Devant ces échecs, nous avions aussi envisagé une autre solution : louer ou acheter un terrain à proximité de la route nationale 5, non loin de l’école primaire et du collège ; grâce à l’aide du Cercle des Anciens et des Amis de l’Organisation internationale de la FRANCOPHONIE (CADO) cette dernière solution a été possible.

Grâce au don du CADO (20000€ disponible dès septembre 2013), ESK a pu se lancer dans l’acquisition d’un terrain et faire construire la Maison des Sourires de Battambang.

Le déroulement du projet

L’acquisition d’un terrain par un non cambodgien étant interdite au Cambodge, nous avons eu besoin de solliciter le concours de Stéphane Luong, membre ESK franco-khmer qui a accepté d’être le représentant de ESK dans l’acte d’acquisition.

A ce titre, il a dû se rendre au Cambodge pendant la mission d’Octobre / Novembre du Président ESK.

L’acquisition a suivi un processus complexe :

  • Négociation avec le vendeur et paiement d’un premier acompte le 25/10/2013
  • Dépôt des pièces d’état civil de Stéphane Luong et paiement d’un deuxième acompte le 15/11/2013
  • Démarches administratives du 15 novembre 2013 à mi-janvier 2014
  • Obtention du titre de propriété le 13/1/2014
  • Paiement du solde de l’acquisition le 3/2/2014

Photos du terrain acheté

Photos du terrain

En parallèle du long processus d’acquisition, nous avions lancé les consultations de plusieurs entreprises générales sur la base d’un forfait, établi à partir d’un cadre de bordereau simplifié et d’un avant-projet détaillé avec plans. Ce travail amont nous a permis de démarrer les travaux dès l’acquisition terminée et nous avons eu l’agréable surprise de voir ce chantier avancer conformément au planning fixé avec l’entreprise, sans autres suppléments que les travaux complémentaires demandés.

Pour suivre les travaux et assurer la coordination avec la France, nous avions sur place l’équipe suivante :

  • Une franco-khmère bénévole Mihan Templier à qui nous avions confié une mission de coordination. Basée à Phnom-Penh, elle a pu alterner les visites du chantier avec Sambath notre responsable au Cambodge.
  • Sur place, le futur responsable de la Maison des Sourires, Heng, avec lequel Mihan ou Sambath pouvait s’entretenir à tout moment.

Cette structure très réactive nous a permis de faire face immédiatement aux imprévus de chantier et d’autre part, nous avons pu décider en connaissance de cause quand des choix techniques étaient à faire. La rapidité de construction du bâtiment principal dont l’essentiel a été réalisé en un peu moins de deux mois, nous a permis de rattraper le retard accumulé pendant les démarches administratives d’acquisition.

C’est ainsi que nous avons pu accueillir les enfants dans leur nouvelle maison dès fin Mars. Notre objectif de leur faire commencer le second semestre dans leurs nouvelles écoles a donc été atteint.

Les travaux

construction

L’aide de l’association Sourires.

Pour la réalisation de ce projet, nous avons pu aussi mobiliser l’aide de l’association partenaire « Sourires » qui a pris en charge les travaux d’électricité, la réalisation de la literie et la réalisation d’une fresque avec les enfants sur un mur pignon.

Travaux d’électricitéTravaux d’électricité

fresque achevéeFresque achevée

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *